Accueil

Ce carnet est dédié aux travaux du Centre d’études et de recherches sur l’Académie des Humoristes (ou Accademia degli Umoristi), fondé par Maria Fiammetta Iovine et Jean-Luc Nardone en 2023. L’Académie – l’une des plus célèbres au XVIIe siècle, née à Rome en 1600 et fermée autour de 1717 – a compté plus de 800 membres.

Des poètes comme Battista Guarini, Giovan Battista Marino, Alessandro Tassoni, Gabriello Chiabrera, Fulvio Testi, des érudits comme Cassiano dal Pozzo, Lucas Holste, Leone Allacci, des peintres comme Giuseppe Cesari (il Cavalier d’Arpino) et Salvator Rosa, nombre d’aristocrates et de hauts prélats ont animé cette extraordinaire société savante.

Pôle d’attraction de nombreux lettrés français dès sa fondation, l’Académie des Humoristes associe même Nicolas-Claude Fabri de Peiresc et Gabriel Naudé et sert de modèle pour la création de l’Académie française en 1635.

La relation privilégiée avec la France est un trait saillant de l’Académie romaine presque tout au long de son histoire. Jules Mazarin est, d’ailleurs, un Humoriste et il est aussi apparenté à la famille Mancini d’où provenait le fondateur de l’Académie Paolo Mancini. Grâce à sa relation étroite avec la Curie, l’Académie devient bientôt un formidable centre de savoir et de pouvoir en réseaux avec les autres académies majeures italiennes de l’époque (les Incogniti à Venise, les Gelati à Bologne, la Crusca à Florence, les Insensati à Pérouse, les Lincei à Rome, les Oziosi à Naples).

Au cours de sa glorieuse existence sous la protection de quatre papes (Urbain VIII Barberini, Alexandre VII Chigi, Clément IX Rospigliosi et Clément XI Albani), l’Académie est impliquée dans la mise à l’Index de L’Adone du Cavalier Marin, dans l’affaire Galilée, dans les aventures politiques et intellectuelles de Christine de Suède. Berceau de la culture dans tous ses aspects et lieu d’expression d’une recherche curieuse, parfois même dangereuse, la première monographie sur les Humoristes ne paraît qu’en 2022 avec la thèse doctorale de Maria Fiammetta Iovine (L’Académie des Humoristes. Savoir et pouvoir dans la Rome baroque, Université de Toulouse Jean Jaurès – Radboud University Nijmegen) sous la direction de Jean-Luc Nardone et Christoph Lüthy.

Récemment l’Académie romaine a de nouveau suscité l’attention des spécialistes et de nouveaux projets de recherche sur les Humoristes et leurs activités sont en cours.

Cette plateforme a l’objectif de partager les nouvelles informations disponibles sur l’Académie (histoire, membres, activités, œuvres publiées et inédites) et d’offrir des ressources pour s’orienter dans sa recherche sur ce sujet (une bibliographie, un catalogue des membres, une liste des discours académiques etc.).

Tous ceux qui s’occupent de l’Académie ou des Humoristes particuliers sont invités à contribuer sur le site en renseignant la communauté scientifique internationale sur leurs projets (thèses, articles, livres, séminaires etc.) et les résultats de leur recherche (manuscrits inédits etc.). Le site veut fonctionner comme un Centre d’études et de recherches sur l’Académie des Humoristes, immatériel et pourtant accessible partout.

À travers le site on organisera chaque année un colloque à l’Université de Toulouse Jean Jaurès pour partager les progrès de la recherche.

Construit sur un mode participatif, ce carnet est le point de départ d’une opération qui vise à refonder l’Académie des Humoristes et à continuer le travail admirable de cette effervescente institution qui a marqué la vie culturelle à l’âge baroque.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search